Skip to content

29 & 30 mai 2024

Commander à l’ère de la haute intensité :
vision 2030

La performance du commandement constitue un facteur crucial dans l’atteinte de la supériorité opérationnelle. Elle repose sur la qualité, les compétences et l’entraînement des militaires armant les postes de commandement (PC), mais aussi sur la faculté d’adaptation des structures de PC aux différents types d’engagement et d’environnements opérationnels ; le défi étant de permettre au chef de bénéficier d’une boucle de décision plus rapide à partir d’un environnement informationnel toujours plus vaste et complexe. Cette performance doit pouvoir tirer le meilleur parti des dernières évolutions technologiques que les systèmes de commandement doivent chercher à intégrer. L’observation des conflits récents démontre que des évolutions sont nécessaires pour aboutir à un système de PC modernisé, mieux adapté à la haute intensité tout en demeurant soutenable. Elle incite d’une part à déployer des systèmes plus modulables, s’adaptant à la variété des situations et des environnements multinationaux, et d’autre part à exploiter différents procédés d’entrainement et de formation.

MERCREDI 29 MAI

13:30 - Mot d’accueil

par le Général commandant le Corps de Réaction Rapide – France (COMRRC-Fr), le général de corps d’armée Emmanuel Gaulin

13:45 - Discours (ou débat) introductif(s)
  • Chef d’État-major de l’Armée de terre (CEMAT), le général d’armée Pierre Schill
  • Général commandant le Corps de Réaction Rapide – France (COMRRC-Fr), le général de corps d’armée Emmanuel Gaulin
15:00 - SESSION 1 / Repenser la planification des opérations pour la haute intensité

Les récents conflits en Ukraine et au Proche-Orient témoignent du retour des engagements de haute intensité dans la sphère géostratégique. S’y ajoute une « transparence » croissante du champ de bataille, due à la prolifération des capteurs et des données, indifféremment mis en oeuvre par des armées conventionnelles et des groupes miliciens « hybrides ». On observe alors un besoin de raccourcir les boucles décisionnelles (OODA) afin d'optimiser la planification et la conduite des opérations, tout en minimisant les délais de réarticulation des forces.

Débat : quels RETEX des conflits actuels pour la planification d’opérations de haute intensité en coalition ? Comment adapter les méthodes de planification opérationnelle pour anticiper au mieux les évolutions du combat ? Faut-il entièrement repenser la boucle OODA ? Comment planifier la liberté et de la profondeur de manoeuvre ? Quelles solutions pour accélérer les temps de projection, déploiement et mise en oeuvre ?

16:30 - Pause café
17:00 - SESSION 2 / Le C2 à l’épreuve de la haute intensité et de « l’hyperdestructivité »

Les conflits actuels ont rappelé l’importance de la puissance de feu et révélé une forme « d’hyperdestructivité » du combat de haute intensité moderne. Dans une situation de rapport de feux défavorable ou à l’équilibre, les structures actuelles des C2 souffrent d’une vulnérabilité accrue y compris dans la profondeur. La chaîne du C2 doit être en mesure d’assurer sa défense face aux menaces cyber, électromagnétiques et cinétiques afin d’assurer sa « survivabilité » et la continuité de son action. Débat : une solution pourrait être de diminuer ou de répartir l’empreinte des PCs en repensant les structures du C2. Comment adapter les PC et les moyens pour diminuer leur vulnérabilité face à des conditions d’engagement de moins en moins prévisibles ? Quelles leçons tirer des conflits récents pour la modularité des PC et du C2 ?

18:30 - Cocktail
19:30 - Dîner VIP

JEUDI 30 MAI

09:00 - SESSION 3 / Hybridité du PC, modularité des organisations et évolutions du C2 : quel équilibre entre concentration et déconcentration des moyens ?

La transformation numérique ouvre de nouvelles possibilités de dispersion ou d'externalisation des capacités de Command & Control (C2). Dans le contexte de la transition initiée par l'OTAN vers les WarFighting Corps (WFC), il est essentiel d’y intégrer une modularité s’appuyant sur les possibilités offertes par les technologies et systèmes de communication. Le recours aux capacités de « Reach Back », par exemple, permet de repenser l’empreinte des PC en permettant la conduite opérationnelle jusqu’au niveau tactique depuis des plateformes situées hors des zones d’engagement.

La concentration ou dispersion des moyens s'applique non seulement aux personnels et matériels, mais également au commandement. Cette question, trop souvent perçue dans une dialectique antagoniste entre supervision des opérations et réactivité augmentée, devrait davantage s'inscrire dans une logique de protection de la force.

Débat : face au large éventail de missions des Armées, à la variété des cadres d’opérations (nationales, OTAN, UE) et des environnements, faut-il assurer une modularité systématique des PCs et du C2 ? Quel équilibre entre concentration et déconcentration des moyens, durcissement des infrastructures et agilité ? Quelles conséquences des besoins accrus en communications ?

10:30 - Pause café
11:00 - SESSION 4 / Conjuguer développement capacitaire, innovation et besoins opérationnels

La révolution numérique ouvre de multiples perspectives mais également de nouveaux espaces de conflictualité. L'inadéquation entre le « temps long » du développement capacitaire et le rythme effréné de l'innovation technologique est une problématique bien connue du domaine de la Défense, où les décideurs ont souvent l'impression d'opérer « avec une guerre de retard ». Le spectre d’un engagement majeur confère aujourd’hui une urgence absolue à la résolution de cette équation. S’y ajoutent les besoins opérationnels impérieux de mobilité, d’agilité, de protection et d’interopérabilité.

Débat : quelles bonnes pratiques existent aujourd’hui parmi les alliés pour améliorer l’intégration des nouvelles technologies aux grands programmes capacitaires ? Comment intégrer ces nouvelles technologies sans perdre en efficacité ni en indépendance ? Quelles architectures de programmes et modes de financements pour livrer à nos forces les capacités nécessaires aux opérations d’aujourd’hui et demain ? Quelle articulation entre les programmes nationaux, OTAN et UE ?

12:30 - Déjeuner
14:00 - SESSION 5 / Le numérique, enjeux et contrainte pour la formation et l’entraînement

La profusion de nouveaux moyens numériques permet d’augmente sensiblement les capacités des forces et du commandement. Le tropisme croissant de la technologie dans le métier de 3 soldat d’une part, et le retour des conflits de haute intensité d’autre part, impactent la formation, l’entraînement et les exercices.

Débat : quel équilibre trouver entre « excellente » et « efficacité » dans ce contexte ? Quelles différences distinguent les cursus de formation des pays de l’alliance atlantique et de l’Union européenne ? Quelles évolutions proposer pour une meilleure préparation à la haute intensité ?

Les exercices majeurs conduits au niveau national et en coalition ont démontré leur utilité. Comment intégrer les innovations basées sur la simulation et l'IA aux nouvelles méthodes de formation pour compléter efficacement le jeu sur terrain libre ?

15:40 - Keynote
16:00 - Discours de clôture
16:30 - Visite de la citadelle

Pour plus d’information, veuillez contacter :